Echo

Du 31 octobre au 19 décembre 2020
Echo : Charlene Hahne, Franziska Holstein, Franz Jyrch, Etienne Lafrance, James Low, Christine Nobel, Maria Schumacher, Matt Schust, Julia Lia Walter
Dans le cadre de l’événement Pictura Montréal
Commissaire : Trevor Kiernander

Text de Trevor Kiernander

Écho rassemble les œuvres de neuf artistes originaires du Canada, d’Allemagne et du Royaume-Uni, qui se sont tous consacrés à la pratique de la peinture abstraite. Chacun de ces artistes exceptionnels traite de l’abstraction à travers son propre système et son langage personnel, en faisant référence et en établissant des liens avec son environnement, où les images et les idées sont bousculées par leur processus, réfléchies et réinterprétées, jusqu’à atteindre un point d’achèvement qui redevient une partie du système entier. Les œuvres de chaque artiste font référence à la trace, à la mémoire, à la réflexion et au résidu – elles font écho.

L’un des aspects les plus intéressants du travail inclus dans Écho est la taille des tableaux. L’abstraction a une longue histoire de peintures monumentales, mais le travail ici est principalement à une échelle plus compacte. C’est peut-être une indication de la disponibilité de l’espace dans les zones urbaines constamment réaménagées, et en raison des conditions de travail, mais ces œuvres de petite taille ont une intimité particulière, qui n’est pas souvent communiquée par des peintures d’abstraction massives et imposantes.

Les deux grandes œuvres suspendues de Charlene Hahne sont ici l’exception en termes d’échelle, mais même ainsi, les pièces délicatement teintées, marquées et cousues ont une sensibilité contrôlée. Dans ces œuvres semblables à des tapisseries, le silence vous invite à regarder et à écouter de plus près. Dans sa série de dix-neuf œuvres, Franziska Holstein met à jour et réutilise ses propres formes issues de projets précédents, les reconfigurant en bleu et blanc, comme des instantanés d’un vaste corpus historique, chacun étant codé avec un message unique à l’intérieur. Dans les neuf tableaux de Matt Schust, des traces résiduelles de formalisme, de peinture sur fond coloré et de minimalisme sont capturées dans cette série muette, chacune offrant un aperçu fort d’un précédent historique de longue date. Les vastes tableaux quadrillés de Christine Nobel émettent un bruit blanc visuel par l’utilisation de nombreuses couleurs du spectre, développant un point de départ dans un espace infini guidé à la fois par la lumière et le rythme. Nothing is Going My Way, les titres donnés à la série de Maria Schumacher d’« abstractions en action » en un seul coup, racontent la quête constante de l’artiste, une tâche sisyphéenne d’effacement, de peinture et de répétition. Les tableaux de James Low vibrent optiquement, grâce à sa méthode de peinture aux styles et aux applications variées, parfois sur les deux faces d’une toile translucide, poussant le langage de l’abstraction encore plus loin par la juxtaposition d’images reconnaissables qui planent dans l’immensité du champ de couleurs qu’elles habitent. Les illusions spatiales créées par les peintures numériques de Julia Lia Walter s’entremêlent, comme si vous conduisiez dans un épais brouillard ou regardiez la poussière se déposer autour de vous, tandis que les « pop-ups » d’Étienne Lafrance, des collages perchés sur les plinthes blanches traditionnelles des galeries, ressemblent à des gestes peints figés dans le temps, comme la photo Milk Drop Coronet d’Harold Edgerton. Dans Stick de Franz Jyrch, la « peinture » a été déconstruite, où des brancards tiennent des gants en caoutchouc multicolores d’une manière à la fois héroïque et menaçante.

Les meilleures abstractions actuelles, dont ces œuvres sont des exemples, détiennent autant de pouvoir et d’informations que leurs prédécesseurs historiques, mais ne parlent pas tant de déclarations grandioses que d’affirmations plus subtiles : moins, c’est plus. Un tel sentiment semble plus important que jamais dans notre monde hyper-dimensionné et hyper-accéléré, et nous devons l’écouter attentivement, pour voir comment il résonne à travers le temps, comme un écho se détache de son événement déclencheur.