Mother Rock !

Du 5 mars au 23 avril 2022
Patrick Bérubé : Mother Rock !

Texte de Mylène Lachance-Paquin

L’exposition Mother Rock ! de Patrick Bérubé comprend plusieurs couches sémiologiques et métaphoriques orbitant toutes autour de la relation qu’entretient l’être humain avec ses origines, le temps, les barrières et les frontières. Mother Rock ! aborde la notion de résistance et de révolution face aux divers concepts et prescrits sociétaux. De la même manière que fonctionne la stéréoscopie, ce principe selon lequel le cerveau utilise le décalage entre les yeux pour nous permettre de percevoir le relief, l’exposition renferme différents décalages et symboles dont la compréhension permet d’en capter la polysémie. 

Aux abords de la salle d’exposition, on découvre une photographie du barrage de Fort Peck prise par Margaret Bourke-White dans le cadre du reportage qu’elle avait mené sur des travaux au sujet dudit barrage. Cette image, ayant été la couverture originelle du premier numéro du magazine LIFE en 1936, met en vedette une construction titanesque de l’humain, à la fois symbole de révolution, de l’ingéniosité industrielle et de l’impact destructeur de l’être sur la nature. En utilisant la représentation de cette borne de pierre (béton) photographiée par Bourke-White, Bérubé propose une réflexion sur le superficiel et l’artificiel. Il fait également sciemment allusion à la représentation de la femme, comme de l’eau, toutes deux symboles de la fondation de la vie. 

Non loin dans l’espace d’exposition, on découvre une pièce centrale qui fait écho au calendrier révolutionnaire (ou républicain). Ce dernier, rappelant la Révolution française et utilisé pendant la Première République, consiste en un symbole de la volonté des révolutionnaires d’éradiquer de leur quotidien toute emprise monarchique et religieuse au profit d’une organisation menée par la raison, la science et le cycle de la nature. Les cordons de foule installés dans l’espace prennent la forme de conduits d’eau faisant à leur tour office de barrage. Ceux-ci rappellent l’actuelle et extrême valorisation de la vitesse et de l’organisation au contraire de la délectation de toute forme d’improvisation ou d’oisiveté. 

Finalement, dans Mother Rock !, Patrick Bérubé fait état du désir d’accumuler et d’entreposer qu’éprouve l’humain, qui au contraire du temps, de la mémoire et de l’espace, semble infini. Sous le joug des entrepôts et des supercentres de cette société hyperproductive qu’est la nôtre, s’engrange une accumulation de déchets et de bruits encombrants qui contribuent à la désinformation sous des couches de data sédimentaires sans bornes ni limites dans lesquelles se fossilise un respect perdu de la nature. 

L’artiste tient à remercier Le Conseil des Arts du Canada, Chloé Grondeau, Samuel St-Aubin, Centre Sagamie, Marc Dulude, Atelier du Bronze, Atelier Clark.