le monde est un zombie II

Partant d’une réflexion sur le transport et la mobilité, l’installation Le monde est un zombie explore la dimension fantasmagorique du réel par la mise en scène d’un imposant conteneur industriel. Cet objet évoque l’histoire de l’industrialisation et la culture de masse, des phénomènes que Simon Bilodeau interroge à la lumière des simulacres contemporains. Interface mobile entre différents espaces — physiques, virtuels et symboliques —, le conteneur transporte avec lui les vestiges d’un monde mystérieux, qui oscille dangereusement entre la survivance et la disparition. En réponse à cette ambiguïté temporelle, une tension entre l’enchantement et le désenchantement anime la démarche de l’artiste, dont toutes les installations comprennent aussi un important volet pictural.