À la fin de l’arc-en-ciel

Texte de Mike Patten
Traduit par Ève De Garie-Lamanque

Alors que le thème musical Over the Rainbow, tiré du long métrage Le Magicien d’Oz (1939), était synonyme d’espoir après la Grande Dépression, un nombre grandissant d’individus, au cours des dernières années, ont vécu au-dessus de leurs moyens et ont perdu la foi dans le rêve américain. Du boom immobilier à son effondrement, la tourmente de l’actuelle crise financière d’ampleur planétaire nous rappela la précarité des assises sur lesquelles reposent nos institutions financières.

Un rapport peut aisément être établi entre ces événements et le projet de vitrine de Simon Bilodeau. Entourée de plâtre blanc et de débris, son installation représente un arc-en-ciel brisé et exsangue au milieu d’un environnement en ruines, tel une cité abandonnée ou un empire déchu. L’intérieur de cet arc-en-ciel en camaïeu de gris scintille contre toute attente de mille feux, tapissé d’une mosaïque de miroir, ce qui pourrait symboliser que le bonheur vient d’abord de soi, et non d’un lieu lointain et abstrait. À sa façon, cet élément miroitant rappelle les ornements de Noël et nous invite à célébrer le véritable esprit du temps des Fêtes.