Colour Play

Du 2 mai au 20 juin 2015
Vernissage : Le samedi 2 mai de 15h00 à 17h00
Barbara Todd : Colour Play

« An abstract archive of things noticed » : Barbara Todd et Colour Play
Texte de Vincent Marquis

« The idea of memory is so important to me! » lance l’artiste canadienne Barbara Todd en expliquant le raisonnement derrière Colour Play, une série de pièces textiles inspirées par des photographies prises par l’artiste auxquelles elles sont jumelées. L’œuvre cherche en effet à traduire des impressions colorées passagères en mémentos tactiles d’endroits et d’expériences passés. En ce sens, elle constitue une archive de souvenirs, un outil mnémonique permettant à l’artiste de revisiter ses souvenirs, et aux visiteurs de s’y identifier ou de s’imaginer ce qu’ils recèlent.

Alors que les textiles parcourent une large palette de couleurs — de l’indigo au magenta, et du vert olive au gris ardoise — les photographies d’origine représentent une gamme de lieux hétérogènes, du pittoresque au banal, de la composition intentionnelle au décor plus ambigu. Todd transforme ces images en les réduisant à seulement deux teintes. Dans leur minimalisme et leur abstraction, les appariements colorés viennent rappeler la texture des rêves et des mémoires, comme lorsque l’on tente de se remémorer un événement lointain, mais que ce qui en découle est un tourbillon de couleurs, de sons et de sentiments.

Mais ce transfert n’en est pas simplement un de la représentation vers l’abstraction ; l’œuvre ne se limite pas à ce que son titre évoque. Il s’agit également d’une métamorphose matérielle, de l’indexicalité désincarnée de la photographie au médium fondamentalement corporel, voire protecteur qu’est la laine. Le choix de cette dernière comme langage privilégié n’est pas aléatoire — c’est celui que Todd privilégie particulièrement dans ses courtepointes depuis trois décennies, notamment dans Cover/Undercover, Security Blankets et A Bed is a Boat. Todd y associe une valeur sentimentale profonde : « Some of my richest memories have to do with the smell and feel of clothing on my body ». Ce caractère corporel est central à ce que Colour Play cherche à transmettre au spectateur. C’est en errant dans l’espace de la galerie — d’une paire à l’autre jusqu’à obtenir une vue d’ensemble — que le visiteur pourra y voir et y construire une signification plus personnelle. Comme le suggère Todd : « Just like how one day folds into another, and another, it is their accumulation that gives meaning to the whole ».