Island of the Dead

Du 25 avril au 15 juin 2019
Vernissage : Le jeudi 25 avril 2019 de 17h à 19h
Adam Gunn : Island of the Dead

Text d’Adam Gunn

Dans son livre Now or Never, le naturaliste Tim Flannery décrit une vision d’un monde avec un océan pourpre mort et un ciel vert empoisonné. C’est un monde où le réchauffement a fait fondre les calottes glaciaires et ralenti la circulation des océans pour qu’ils deviennent comme un gigantesque étang stagnant. Cette eau encore appauvrie en oxygène permettra la prolifération du bac-teria anoxygénique qui changera la chimie de l’océan en le rendant toxique pour la vie dépendante de l’oxygène. Ces bactéries libèrent également du sulfure d’hydrogène dans l’atmosphère, ce qui entraîne une extinction massive de la vie animale et végétale sur terre. Ce monde austère mais coloré sera d’une beauté sublime, mais il n’y aura personne pour le voir.

Cette série de tableaux dépeint une imaginaire de notre monde après les conséquences catastrophiques du changement climatique à travers une réinterprétation d’images connues avec une sensibilité romantique envers la nature. Le romantisme a été en partie une réaction à la révolution industrielle marquée par la nostalgie d’un monde naturel intact et le respect de sa puissance écrasante. Ironiquement, la propagation et la poursuite de cet industrialisme devraient déclencher une nouvelle version de la nature qui dominera complètement le monde humain tel que nous le connaissons. C’est en pensant à cela que j’ai trouvé des peintures associées au mouvement romantique et que j’en ai retiré les figures humaines – les seules traces de l’homme sont les ruines en décomposition laissées dans ce paysage vert et violet étrange. J’ai également fait référence à quelques photographies des missions lunaires d’Apollo qui auraient influencé le début de la conscience environnementale moderne.

Le point de départ de cette série de peintures est l’Ile des Morts d’Arnold Böcklin. Cette peinture d’un sinistre et sombre cimetière insulaire isolé dans de vastes eaux calmes a un aspect d’un autre monde qui a un attrait (influent et) durable. Arnold Böcklin a produit cinq versions de ce tableau entre 1880 et 1901. La troisième version est hébergée à la Alte Na-tionalgalerie à Berlin et appartenait auparavant à Adolf Hitler qui l’avait accrochée à la Chancellerie du Reich. Cette association troublante ajoute une couche de complication à la peinture, et après réflexion, je me suis retrouvé en train de penser au premier Allemand que j’ai rencontré, un jeune étudiant en échange dans mon école secondaire en Nouvelle-Écosse où nous avons partagé un cours de philosophie ensemble. Je me souviens d’une discussion que nous avons eue à propos de nos grands-parents quand cette fille a raconté une confrontation qu’elle a eue avec les siens en leur demandant : « Pourquoi n’avez-vous rien fait ? » Les générations futures, et peut-être les dernières, seront-elles du même avis à notre sujet ?

L’artiste tient à remercier la Fondation Joseph Plaskett pour le soutien qu’elle a reçu dans le cadre du Prix d’art Nancy Petry.